Spécialiste de l'Epeautre et des produits d'Hildegarde de Bingen

Le livre des mérites de la vie Hildegarde de Bingen Ed. Bénédictines

28,99 EUR
EN RUPTURE
Le livre des mérites de la vie Hildegarde de Bingen Ed. Bénédictines

PREMIÈRE TRADUCTION FRANÇAISE

Les dialogues entre les vices et les vertus constituent la trame de fond du Livre des mérites de la vie. Ces dialogues reflètent la délibération intérieure présidant au choix de l'homme entre la vertu et le vice, le bien et le mal ; entre le fait de se tourner vers Dieu, ou de s'en détourner. Soit, finalement, le choix entre la foi ou l'impiété, le salut ou la damnation.
Ce livre pourrait fort bien être utilisé comme base de discernement moral et spirituel, en ce qui concerne l'approche première, fondamentale, et concrète de l'homme, comme âme incarnée, conduit soit par l'Esprit de Dieu, soit par l'esprit du Mal.

Ici commence Le livre des mérites de la vie, écrit par une modeste personne grâce aux révélations apportées par la lumière vivante.

Voici ce qui arriva neuf ans après qu'une vision réelle se fut manifestée à moi, simple personne, par des visions réelles pour lesquelles je travaillais avec acharnement depuis dix ans, et ce au bout de la première année après que cette même vision m'avait montré, pour que je les déchiffre, les subtilités des différents types de créatures, des réponses et mises en garde concernant un grand nombre de personnes, tant modestes qu'illustres, ainsi que l'harmonie symphonique des révélations célestes, et aussi une langue inconnue, et enfin, des lettres et autres explications ; ces visions m'accablèrent de travail pendant huit ans, alors que j'étais atteinte de nombreuses maladies et infirmités physiques. Il me faut raconter ces visions. À l'âge de soixante ans, j'eus une vision puissante et merveilleuse pour laquelle j'ai travaillé plus de cinq ans. Donc, l'année de mes soixante et un ans, c'est-à-dire en l'an 1158 suivant l'Incarnation de notre Seigneur, alors que régnait la tension au sein du Siège Apostolique et que Frédéric Ier était empereur du Saint-Empire romain germanique, j'entendis une voix venue du ciel me dire : "Dès l'enfance, au moyen de visions réelles, tu as été instruite par l'Esprit du Seigneur, non pas physiquement, mais spirituellement ; à présent tu dois raconter ce que tu vois et entends. Puisque, dès tes premières visions, certaines te sont apparues telles du lait, et que d'autres t'ont été dévoilées telles une délicate et douce nourriture, pendant que d'autres encore se sont manifestées à toi telles une nourriture consistante et parfaite, par conséquent, témoignes-en, en te fiant à Moi et non à toi, et écris-les, en te fiant à Moi et non à toi.".
Alors, je pris ma plume, comme peut en témoigner cet homme que, comme je l'ai déjà dit dans des visions précédentes, j'ai secrètement recherché et trouvé, et comme peut l'attester la jeune fille qui m'aide.
Alors, j'entendis à nouveau une voix venue du ciel qui m'a parlé et qui m'a enseigné ceci.